COLLOQUE40ALLENDE LE SENS D'UNE EXPERIENCE 1°
0:00:00
0:37:47
Producido por: CAMPUS LATINO - Radio CAMPUS 92.1FM (Bélgica) Idioma: Francés Formato y tamaño: mp3 / 34,60 Mb Fecha de producción: 19 de Noviembre de 2013
Por 18-09 | Independencia de Chile [Ver +]

Descripción:

Colloque Le modèle Allende et l'Amèrique latine, 40 ans après, le sens d'une expérience.
20 septembre 2013
AVEC:
La révolution politique d’Allende : Présentation Anne Morelli
− Sergio Grez, (Universidad de Chile- historien) La gauche chilienne et les élections
− Jorge Magasich (IHECS- historien) La politique étrangère du gouvernement de l’UP ; l’état de la question
− Joan Garcés (juriste et conseiller de Salvador Allende) Les risques d’une politique indépendante

ORGANISATEURS
− Centre d'histoire et de sociologie des gauches (ULB), − Maison de l’Amérique latine, − Comité contre l’impunité et pour la démocratie en Amérique-latine (CIDAL), − Institut des Hautes Études des Communications Sociales (IHECS),
Avec le soutien du Centre Tricontinental, CETRI.

Libreto:

PRÉSENTATION DE LA THÉMATIQUE
Quand Salvador Allende assume la présidence du Chili en novembre 1970, il trouve un pays profondément soumis aux alignements de la Guerre froide, où le soutien aux positions de Washington est la règle et où le Pentagone est le principal fournisseur d’armes. C’est celui- ci qui instruit et endoctrine les forces armées tandis que les échanges avec les pays socia- listes sont quasiment nuls.
Son gouvernement annonce une nouvelle politique étrangère de pluralisme idéologique. Celle-ci défend le principe d’autodétermination des peuples, la non-ingérence dans les af- faires intérieures des États, la non-prolifération des armes nucléaires et la détente est/ouest. Sans rompre avec un seul pays, le gouvernement chilien établit des relations diplomatiques avec 20 nouveaux pays, dont Cuba, la Chine, le Nigeria, la Tanzanie, le Zaïre, la République Démocratique Allemande et la Hongrie.
En même temps, il soutient les peuples qui luttent contre le colonialisme et cherche active- ment l’intégration latino-américaine. Le gouvernement entame des contacts avec la Bolivie, pour rétablir avec elle ses relations diplomatiques, et examine favorablement la demande d’accès à la mer de ce pays.
Il propose la création d’un « système latino-américain », sans les États-Unis. Doté d’une banque où les pays placeraient l’essentiel de leurs réserves en devises, il rechercherait des systèmes d’échange qui évitent de commercer en dollars, et examinerait la légitimité de la dette externe.
Ces idées sont sans doute avancées pour l’époque mais d’une impressionnante actualité. Ce colloque cherche à rappeler certains éléments essentiels figurant dans les propositions du gouvernement de l’Unité Populaire, particulièrement dans le domaine des relations interna- tionales, leur projection et leur pertinence, 40 ans plus tard.


Este material se publica bajo los términos de la licencia: Reconocimiento-NoComercial-CompartirIgual 4.0 Internacional

Usted es libre de:
Compartir — copiar y redistribuir el material en cualquier medio o formato.
Adaptar — remezclar, transformar y construir a partir del material.

Bajo los siguientes términos:
Atribución — Usted debe dar crédito de manera adecuada, brindar un enlace a la licencia, e indicar si se han realizado cambios.
No Comercial — Usted no puede hacer uso del material con propósitos comerciales.
Compartir Igual — Si remezcla, transforma o crea a partir del material, debe distribuir su contribución bajo la la misma licencia.

 

Hay 0 comentarios

captcha